Print Friendly and PDF
Share this:  
 

Début d’un nouvel essai clinique de phase 3 sur un inhibiteur de la protéine du complément C3

Apellis Pharmaceuticals Inc., une société biopharmaceutique se spécialisant dans la mise au point de composés thérapeutiques novateurs pour traiter des maladies au moyen de l’inhibition du système du complément, a entamé l’essai clinique de phase 3 PEGASUS visant à comparer l’innocuité et l’efficacité de l’APL-2, un nouvel inhibiteur de la protéine du complément C3, à celles de l’éculizumab chez des patients atteints d’hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN).

Selon un communiqué de presse publié par la société, l’étude PEGASUS est menée avec répartition aléatoire auprès de 70 patients et vise à comparer, de manière directe, l’APL-2 en monothérapie à l’éculizumab en monothérapie chez les patients déjà traités au moyen de l’éculizumab dont le taux d’hémoglobine est inférieur à 10,5 g/dL, peu importe la dose d’éculizumab ou les antécédents de transfusion. L’APL-2 est évalué afin d’améliorer l’état de santé des patients atteints d’HPN à l’égard de l’anémie et au besoin de recevoir des transfusions.

L’essai de phase 3 PEGASUS recrute actuellement des patients atteints d’HPN aux États-Unis, mais Apellis a informé l’Association québécoise d’hémoglobinurie paroxystique nocturne qu’elle espérait ajouter des centres à cette étude, y compris au Canada.

Pour en savoir plus sur l’essai clinique de phase 3 PEGASUS, consultez le site ClinicalTrials.gov.